Lettre N°5

Cher Elton… juste ami,

Miser sur le mauvais cheval, parfois,

Patte cassée aux illusions

Utopie, un risque, faut bien le reconnaître,

Mon coeur boîte, Cupidon savait, n’a rien dit… !

 

C’est sans espoir, sans suite

De me le permettre je ne puis…

Il n’y aura jamais de rendez-vous, même au fil des ans,

Le plaisir d’une saint Valentin entre nous…

 

Quand je t’ai vu danser

Avec l’autre l’autre soir

J’ai étouffé mes p’tits cris, mordu sur ma lippe

Ai retenu une larme…

 

Faire le faux-cul

Te va si mal, alors,

Qu’importe les regards de travers,

Ce vitriol des bien-pensants…

 

Fi du masque de l’hypocrisie

Rien à cirer du conformisme,

A bas l’étiquette ! C’est sur le banc public

Que vous vous embrassez, sans souci du verbe déplacer…

 

Michel, ta belle,

Michou comme l’appellent

Celles qui viennent se faire coiffer

Chez l’homo, comme les mâles disent…

 

Et tu flirtes avec lui

J’ai abandonné mes rêves

Gai gai gai marions-les

Ils seront très heureux ensemble…

 

Bonne saint Valentin

A tous les amants de la terre

Je ravale mon chagrin

Encore et toujours célibataire…

 

Snif, à quand mon tour !

Bien à toi, Elton, mon juste ami,

Anna-Lise Ducoeur

– Bienvenue au château –

8 réflexions au sujet de « Lettre N°5 »

  1. Waouwww … de la haute voltige ! Belle ouverture d’esprit et mots divinement choisis … j’adore !!!
    Bravo chère « Anna-Lise Ducoeur » … et l’année prochaine, pourquoi pas une « Valentine » ? hihihi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.